Mes coups de coeur

 

     Richard Galliano  

Pour l'anecdote, j'ai retenu une phrase de Richard Galliano dans une interview récente du journal « La Montagne » Centre France, et j'ai plaisir à la partager avec vous :

 

LM- : « L'accordéon est-il un instrument du passé ou d'avenir ? » 

RG- : « Tout dépend de qui l'utilise. Vous savez, un instrument de musique est un peu comme une hache.

Avec, vous pouvez construire votre maison ou assassiner votre voisin. L'accordéon, c'est pareil. Il peut vous permettre de faire des choses intéressantes pour l'avenir ou complètement rétrogrades. L'instrument n'est donc jamais fautif, c'est au contraire le musicien qui l'utilise qui est responsable. L'accordéon est un amplificateur de la personnalité de l'artiste. S'il est vulgaire, le résultat le sera aussi. S'il est raffiné, cela va être magique… »

 

 

 

      William Sabatier     

http://www.williamsabatier.com/

 

 Il était une fois...le bandonéon.
Je me réfère au dernier article paru dans "Accordéon & Accordéonistes" N°78. Au fil de toute une série d'excellents articles qui abreuve abondament cette rubrique, William est une mine d'or pour le bandonéoniste, ses parutions sont très riches tant dans le domaine technique que artistique..., une bible. Et je ne vous parle pas de sa manière d'interpréter les oeuvres des plus grands (Troilo, Piazzola, etc...), c'est un pur délice. Je me souviens d'un de ses concerts récent auquel j'ai assisté: Un évènement peu banal et rare se produisit, celui qui ne doit pas arriver en concert, le ressort de la soupape de son "Doble A" lache. Catastrophe pour le non bricoleur. Là, tranquillement, tout en dialogant avec son public, il sort la petite trousse à outils et en extirpe un nouveau ressort, partage en deux son bandonéon... public dubitatif, silence religieux. Il manie le tournevis et la pince coupante avec dextérité, termine la description et l'histoire de l'oeuvre qu'il va jouer, l'oeil attentif sur le détail de réglage, l'instrument réassemblé d'un tour de main rapide revit subitement. Un petit sourire de satisfaction aux coins des lèvres, William s'excuse auprès de son public, applaudissements...
Chapeau Mr Sabatier, je continuerai à vous lire, vous voir et surtout vous écouter !

 

 

      Jo Privat    

 

Bienvenue sur Swing Jo !    Swingjo.com

 

Ce site est né car lassé d'interroger les annuaires et autres moteurs de recherche du web sans succès, il m'a semblé inconvenant qu'un tel personnage ne soit pas présent sur la toile.      Fidèle à la musique, fidèle en amitié, l'homme avait son franc-parler et une gouaille à rendre jaloux Frédéric Dard ! Un Personnage le Père JO...

Pour sa mémoire et ses mélodies, SwingJo est né. J'espère contribuer modestement à ce que Jo Privat n'arrête pas de jouer pour nous.Jo ne m'en voudra pas, une grande place sera faite à cette musique qu'il a tant jouée et qui continue d'être interprétée par des musiciens tous plus brillants les uns que les autres. Accordéonistes, guitaristes et autres violonistes, vous découvrirez des noms qui méritent d'être écoutés et... Entendus !

Vive le swing, les valses musettes et les copains !                    Tony.

 

 

     Serge Delaite (Roger Leceps)     

http://www.myspace.com/oikostour/

 

"Mon parcours fut autodidacte et plein de surprises. La joie de partager cette passion pour la musique et la peinture avec d'autres professionnels est un moteur essentiel dans ma vie de tous les jours."
Auvergnat, de père chef d'orchestre, Serge joue dès l'âge de 7 ans. Il étudie le piano à Paris avec Pierre Spiers en 1970 et l'harmonie avec le grand maître classique Julien Falk en 1972. De la variété au jazz, il n'y a que le pas de la liberté de créer que Serge franchit, sous l'inspiration de son idole, son maître, son père spirituel: Hank Jones.

De la musique à la peinture, il n'y a qu'un autre pas... Allez découvrir sur son même site "le pianiste fou" et bien d'autres de ses peintures. Vous vous apercevrez que Serge est vraiment bourré de talent !

 

 

 

     Coin de rue    

Http://www.octavemusique.net

 

SPECTACLE MUSICAL (63 - PUY-DE-DÔME - SAINT VICTOR MONTVIANEIX)
Spectacle musical pétillant dédié à Paris et à la grande chanson française. Retrouvez l'esprit d'un vieux faubourg parisien raconté et chanté par Marie la Gouailleuse, chanteuse et comédienne de talent, accompagnée de sa troupe : 3 musiciens réputés (orgue de barbarie, accordéon et piano), danseuses. Au total 9 artistes qui jouent, miment et dansent durant 1 h 45.
La gouaille parisienne, l'humour et l'émotion vous attendent dans un décor nostalgique et des costumes chatoyants.

 

 

 

      Marcel Azzola    

http://www.marcelazzola.com/

 

Je vous suggère de visiter ce magnifique site. Simple et riche.

D'une part pour les collectionneurs d'instruments de musique où Marcel nous dévoile les images de très beaux objets d'art. D'autre part, pour les oreilles, le duo Azzola-Bossatti nous transporte sur des arrangements superbes et très soignés. La fine complicité de ces deux artistes se devine aisément. Leur talent explose. Ils savent tout et bien faire.

Un vrai régal !

 

 

 

      Bernard Lubat     

http://www.dailymotion.com/video/x2xoew_bernard-lubat-indifference_music

 

Je l'ai plus lu qu'entendu le Monsieur... Un père sonage le Lubat d'ici et aussi dailleurs. Le joueur de notes et de mots. Une espèce de mot à notes. Ces quelques lignes, je les écris à son "insu-portable", une histoire d'accords. On doit avoir un amour identique pour le "dépliant", en tout cas, j'ai le même projet que lui: continuer d'apprendre l'art de musiquer en plait. Quel sacré bonhomme tout de même, ce gars qui s'amuse en jouant et qui jazze en respirant, lui qui se dit jouer de l'amusique avec "indifférence".

Si vous ne le connaissez pas encore, cliquez sur le lien ci-dessous pour l'entendre et le lire à la fois.

Et comme dirait Jo Privat : "ça sent le noeud papillon".

 

 

 

 

 

  Ecoutez "Mais y a pas de sushis" valse chinoise (Jean-François BLANC, Christian COUPAS, Dany MAURICE)